Financer sa retraite : la nouvelle économie au secours des seniors

Partagez l'article

“La vie commence à 60 ans” chantait Tino Rossi. Mais au-delà des nouveaux loisirs qu’elle permet, la retraite apporte aussi son lot de dépenses forcées : dépendance, soutien aux enfants et petits-enfants, financement d’une maison de retraite ou encore problèmes de santé plus fréquents. Avec l’allongement quasi-continu de l’espérance de vie, la question du maintien d’un niveau de vie décent pendant toute sa retraite se pose plus que jamais.

Source : INSEE 2013

Seulement, le régime des retraites par répartition est chroniquement déficitaire, et au vu des tendances démographiques, cela ne peut qu’empirer. En effet, alors qu’on comptait 2,2 actifs[1] pour 1 retraité en 1995, le ratio ne serait plus que de 1,9 pour 1 en 2020, et ne devrait pas dépasser 1,7 pour 1 en 2030. Le montant des pensions est mécaniquement amené à baisser et les retraités vont devoir assurer leur niveau de vie par leurs propres moyens. Heureusement, la nouvelle économie apporte déjà son lot de solutions.

Épargner pendant sa vie active : le meilleur moyen de préparer sa retraite

Au vu de l’évolution des régimes de retraites par répartition, anticiper sa retraite par la constitution d’une épargne pendant sa vie active est capital, l’idéal étant de commencer à épargner dès son entrée sur le marché du travail. De nombreuses enveloppes fiscales existent selon la situation individuelle pour épargner de manière avantageuse pour la retraite : le PERCO en entreprise, le PERP ou encore des dispositifs de retraites complémentaires comme le Préfon pour les fonctionnaires. Les FinTechs ont bien compris cette opportunité et pratiquement tous les robo-advisors du marché, dont YomoniAdvize ou Nalo, proposent d’investir spécifiquement en vue de sa retraite, recommandant les enveloppes fiscales et les allocations d’actifs les plus adaptées selon son âge et sa tolérance au risque.

Hypothèse de rendement : 5%

Si le taux d’épargne moyen des français est plutôt élevé, il cache de grandes disparités entre niveaux de revenus et classes d’âge. Les jeunes et les ménages à faible revenus n’épargnent quasiment pas, pour beaucoup de retraités et seniors en fin de carrière, il est déjà trop tard. Enfin, le contexte actuel de taux bas se prête mal à la performance de l’épargne, les supports sans risque préférés des français (Livret A, fonds en euros des assurances-vie) ayant des rendements réels proche de zéro voire négatifs.

Générer un complément de revenus pendant la retraite pour maintenir son niveau de vie

L’autre solution pour s’assurer un complément de revenus à la retraite est de continuer une forme d’activité génératrice de revenu complémentaire, démarche facilitée par l’irruption dans la silver economy, comme ailleurs, du digital. La société française SeniorAVotreService.com effectue ainsi la mise en relation de retraités en recherche de compléments de revenu avec des particuliers employeurs en recherche de prestations de bricolage, jardinage ou encore de garde d’enfants.

De même, les retraités qui n’ont souvent plus d’enfants à charge, peuvent choisir de sous-louer une partie de leur résidence principale devenue trop grande pour générer un revenu annexe. Ces colocations intergénérationnelles proposées sur des plateformes comme www.colocation-adulte.com ont le mérite de favoriser le lien social chez les personnes âgées, et, dans certains cas, de donner à des étudiants accès au logement à des prix avantageux.

L’immobilier, un patrimoine pour assurer ses vieux jours

Pour tous ceux qui ne peuvent pas se permettre d’épargner des sommes importantes pendant leur vie active ou continuer une activité génératrice de revenu, il existe d’autres moyens d’autofinancement. La plupart des retraités ont réalisé une épargne « forcée » au cours de leur vie : le remboursement d’un crédit pour l’achat d’un bien immobilier. L’immobilier est même le principal composant du patrimoine des français, à hauteur de 61%, et les trois quarts des retraités sont propriétaires d’au moins un bien immobilier.

Celui-ci peut servir à financer sa retraite, notamment par la vente en viager. Le principe est simple : il s’agit de vendre son bien immobilier en échange d’un capital (le “bouquet”) et, souvent, d’une rente à vie, en conservant un droit d’occupation du bien. C’est une façon de désépargner sans pour autant devoir se séparer du bien. L’acheteur acquiert le bien à un prix inférieur à sa valeur de marché, puisque réduite de la valeur d’occupation. Si le viager est un excellent moyen de financer sa retraite, rares sont les biens en vente qui trouvent preneur : pour beaucoup d’acheteurs potentiels, le risque de longévité et l’aléa sur le montant total qu’il aura à verser sont considérés comme trop élevés, et la diversification trop difficile au vu des montants à investir.

Partant de ces constats, une jeune pousse française, Livsty, a décidé de moderniser le viager pour promouvoir ce mode de financement des retraites tout en remédiant à ses inconvénients. Livsty est une plateforme permettant aux particuliers d’acquérir à plusieurs, de manière participative, des biens immobiliers en viager sans rente : la valeur du bien est entièrement libérée sous forme de bouquet à la signature de la vente. Le vendeur ne s’assure pas de rente à vie mais son capital lui est versé intégralement dès le début[2]. L’incertitude du paiement de la rente (risque de défaut de l’acheteur, garantie sur le prix auquel le bien est vendu) disparait pour le vendeur. Grâce à ces nouvelles liquidités disponibles et assuré d’un toit pour la vie, le vendeur peut financer sa retraite sans revoir sa qualité de vie à la baisse ni quitter son logement.

Plus-value espérée d’un investissement en viager Livsty

Avec un investissement accessible dès 1000€ qui facilite la construction d’un portefeuille diversifié, l’acheteur peut acquérir une part d’un bien immobilier acheté à un prix décoté car diminué de la valeur d’usage. Pendant la période d’occupation, l’absence de revenu foncier pour l’investisseur lui évite la fiscalité associée alors que les risques liés à un investissement locatif sont également écartés. A sa libération, le bien est revendu par Livsty à sa nouvelle valeur de marché. La disparition de la décote due à l’occupation permet une revalorisation mécanique de l’investissement, à laquelle s’ajoute l’évolution du marché immobilier classique. L’objectif de Livsty est de garantir aux seniors un financement adapté tout en amenant les investisseurs vers ce placement immobilier solidaire et performant.

Les solutions pour ne pas voir son niveau de vie baisser à la retraite ne manquent pas, d’autant plus que la nouvelle économie s’est attaquée au problème pour proposer des modèles innovants et permettre aux retraités d’y faire face.

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *